Bonjour, 

 Merci à vos gentils commentaires sur mon album " parfum exotique " . En ces temps de confinement, j'ai pensé à 2 choses ( bon,cette période est propice à toutes sortes de réflexions plus ou moins métaphysiques, la plupart  tristes et consternées  vu l'actualité  ... mais aussi  pour chasser le stress  à des réflexions créatives ) : 

1. Publier le tuto que j'ai concu  pour ce mini. Bon, je ne suis pas la pro des tutos mais je veux bien essayer si ça intéresse certaines d'entre vous , pourquoi pas ? A voir... Dites-moi ce que vous en pensez.

2. Vous faire un  publi reportage sur cette vanille  devenue si chère  !!! J'ai repris les mêmes photos mais en taille originale, vous les verrez mieux. C'est juste pour partager avec vous les informations que m'a données mon guide lors de ma visite à la coopérative principale de l'île, à Bras-Panon pour celles qui connaissent l'île ( Levez le doigt ! Je compte .... mdr ... mdr... c'est presque du télétravail ! ). 

Prêtes pour un peu de lecture ? Installez-vous confortablement avec un café ou un thé . 

20200107_085004

Les premières boutures sont arrivées en 1819 sur l’île Bourbon ( nom de l’île de la Réunion à l’époque ) avec le commandant Pierre-Henri Philibert. Il revenait d’une expédition en Guyane. Puis en 1820, il ramène d’autres boutures de Manille et en 1822 du Mexique. C’est cette dernière variété qui est essentiellement cultivée à la Réunion.

20200107_085408

 La vanille a besoin d’un climat chaud et d’une humidité constante pour se développer. Mais c’est l’intensité lumineuse qui permet la floraison. Une liane peut atteindre 15 mètres de long. La vanille a juste besoin d’un tuteur vivant pour s’accrocher ( ex : bois de gaulette, filao, acacia , palmiste rouge ). il faut trouver le juste équilibre entre l’ombre et la lumière.

20200107_090646

 L'ouvrier  aide la liane avec un bâton-fourche  à mieux s'enrouler autour de l'arbre-tuteur.

20200107_090425

 Les fleurs sont fécondées manuellement d’octobre à décembre. L’abeille Melipone que l’on ne trouve qu’au Mexique n’a pas été invitée au voyage jusqu’à la  Réunion. Les " marieuses" sont  les ouvrières  chargées de cette opération de fécondation : il faut  appuyer avec le pouce pour que l'étamine, organe mâle  puisse s'incliner vers le pistil, organe femelle, et féconder la fleur .......... tout en délicatesse, il va sans dire !!! . Ces marieuses peuvent féconder jusqu'à ... mille fleurs de la précieuse orchidée par jour. 

20200107_091614

A la Réunion, c’est un jeune esclave créole, Edmond Albius ( qui a notamment donné son nom à un collège d’ici ) qui trouva le procédé. Le travail de fécondation est essentiellement assuré par une main d’œuvre féminine à l’aide d’une épine de citronnier ou d’une petite pointe de bambou. Les fleurs éclosent durant la nuit et doivent être fécondées dans la matinée.

20200107_084336

Les fruits sont regroupés en longues grappes pendantes composées de capsules et non de gousses, comme on le croit. Elles mesurent 12 à 20 cm et renferment un grand nombre de graines. Une liane vanille peut porter plusieurs grappes qui produiront 3 à 4 kilos de gousses vertes. 8 à 10 gousses seulement sont conservées car on élimine les trop petites ou endommagées par les insectes. Le planteur poinçonne sa récolte.

20200107_091609

 Après la récolte, il faudra deux ans de transformation .

20200107_084350-001

20200107_091745

Entassées dans de grandes corbeilles en osier, les gousses sont plongées dans un bain brûlant à 65° pendant 3 minutes.

20200107_092012

Puis elles sont enfermées dans des couvertures pendant 24 heures. Elles se mettent alors à transpirer et étuver , prennent leur couleur brune caractéristique.

20191219_145403

 Elles sont mises à sécher sur des palettes pendant une dizaine de jours au soleil puis séchage à l’ombre pendant deux ou trois mois.

 

P1180962

Une fois séchées, elles sont empaquetées et enfermées dans de grandes malles en teck. Là, les précieuses gousses vont encore mûrir pendant un an, s’affiner et affirmer leur parfum inimitable. Pour recueillir tout son arôme, il faut couper la gousse en deux et racler l’intérieur pour récupérer la pulpe et les petites graines. Il faut conserver les gousses à l’abri de l’air et de la lumière.

20200107_093451

Merci à vous pour vos petits mots. A très bientôt ! ET PRENEZ SOIN DE VOUS !